Déni de liberté, mépris de la démocratie

Dernière modification le 1 January 2022 à 05h35
Photo Samuel Lamarche.

Je ne pensais jamais dire ce genre de chose, mais la trajectoire que prend le Québec me fait peur. Pour la première fois de mon existence je me sens menacé par l’État québécois, censé assurer ma sécurité.

Bien que ce soit le couvre-feu qui fût la goutte d’eau faisant déborder le vase, je dirais que cette crainte s’incrustait lentement dans mon esprit. Je voyais des signaux évidents d’une érosion de la démocratie au Québec, mais aussi une érosion de la valorisation des droits et libertés des citoyens.

Le contrôle du message.

Tout d’abord, je n’ai jamais été à l’aise avec les dépenses astronomiques de la CAQ en publicité et en subventions pour les médias. Ce n’est pas compliqué, le gouvernement du Québec a dépensé plus en publicité que le gouvernement du Canada et les autres provinces combinées. Qu’on ne vienne pas me dire que c’est une question de population ou d’efficacité, le Québec dépensait 15.57$ par habitant contre 1.12$ pour santé Canada et 3.47$ en Alberta.

Les conséquences de ces dépenses sont nombreuses. Premièrement, le parti au pouvoir utilise l’argent public pour complètement noyer le public dans l’information qu’il veut que le public entende.

Deuxièmement, en faisant cela, le parti s’isole complètement d’une remise en question par la majorité de la population qui sent que son gouvernement est proactif puisque ce dernier lui dit chaque jour qu’il l’est. C’est sans compter les points de presse qu’on pourrait presque qualifier de messe.

Ensuite, avec un tel flot de revenus publicitaires en pleine crise, aucun média n’ose vraiment remettre en question les informations de la CAQ. Le faire risquerait de baisser la rentabilité et surtout de mettre en rogne la cellule de crise composée de tous les spécialistes en marketing et communications. Un média contestant le spin du parti risque aussi d’étrangement ne plus recevoir les ballons d’essai de la CAQ avant les points de presse.

Diabolisation de l’opposition.

Si le premier point ne vous inquiète pas trop, celui-là m’inquiète particulièrement. Depuis la crise, le gouvernement a tout fait pour rendre l’opposition, aux yeux de la population, nuisible, dangereuse et créatrice de divisions. Plusieurs fois en chambre, face à des questions légitimes de l’opposition le PM dira que cette dernière joue à un jeu dangereux…

On se retrouve donc dans un environnement médiatique ultra favorable au parti au pouvoir, une population exposée à un message unique et lorsque les partis d’oppositions, des partis ayant tout autant de légitimité de s’exprimer que le gouvernement sur la situation, s’exprime, on voit l’arsenal caquiste débouler.

« Petite politique, jeu dangereux, soyons solidaire, il faut être uni, etc. » Ces slogans vides résonnent tout de même avec la population qui en vient à vouloir un environnement politique dépourvue de politique. Les stratèges médiatiques de la CAQ auront réussi à merveille à utiliser le dédain des Québécois envers ce qu’ils perçoivent comme de la chicane pour isoler l’opposition au rang de nuisance collective.

État d’urgence et mensonges.

Non content d’avoir isolé l’opposition médiatiquement, le gouvernement actuel fait tout pour museler l’opposition dans le cadre législatif. L’état d’urgence, supposé être une mesure d’urgence comme le nom l’indique est désormais le statut permanent du Québec depuis deux ans. On en profite pour en passer des petites vites comme l’abandon de la réforme de scrutin, une hausse du plafond d’émission pour le nickel, un don de 1 milliard de dollars à l’université McGill sous la forme du Royal Victoria. La gouvernance par décret est devenue la norme et clairement, la CAQ y prend goût. Qui ne le ferait pas? Pouvoir gouverner sans être remis en question ça doit être grisant.

Enfin, pour les mensonges, la liste est longue… Que ce soit le docteur Arruda et ses déclarations démontrant son incompétence. : les masques, la transmission par aérosol, la désinfection, son incapacité à voir venir un variant plus contagieux alors qu’il se transmet partout. Bref Arruda devrait perdre son emploi.

Ensuite viennent les mensonges du gouvernement. On a dit aux gens que le vaccin servait à protéger les autres et qu’il lutterait contre la transmission. On a dit aux gens que le passeport vaccinal serait un outil pour assurer un retour vers la vie normale, on a dit aux gens que la vaccination des plus jeunes serait la porte de sortie, bref le gouvernement n’a pas cessé de déplacer la ligne des buts et a surtout dit les informations qui faisaient son affaire.

Enfin, dernièrement avec les tests rapides, on blâme le fédéral en direct du point de presse, mais quelques minutes plus tard, Jean-Yves Duclos réplique que c’est de la foutaise : Québec avait commandé 10 millions de tests rapides, Ottawa en a livré 11.2 millions dans le mois de décembre seulement.

Un décret immoral.

Le plus récent couvre-feu et l’interdiction des rassemblements privés après deux années de mesures sanitaires sont une véritable claque au visage des Québécois. Le gouvernement a forcé la fermeture des restaurants à 24h de préavis pour le Nouvel An. Le gouvernement interdit les rassemblements privés alors que plus de 80% des 12 ans et plus sont doublement vaccinés, le gouvernement impose un couvre-feu, une mesure liberticide sans aucune donnée scientifique et médicale justifiant une telle mesure. C’est tout simplement une opération de peur et de contrôle, une utilisation politique de la force policière pour donner l’illusion que le gouvernement fait quelque chose d’utile.

En fait, on paralyse le Québec temporairement, mais les effets seront présents longtemps. Combien d’entreprises fermeront, combien de jeunes souffriront de problèmes de santé mentale parce qu’on voulait sauver l’électorat caquiste des 70 ans et plus? Si vous êtes un entrepreneur, voudrez-vous vraiment ouvrir la moindre entreprise au Québec en sachant que dès que le système de santé lamentable et digne d’un pays du tiers-monde craque on va vous fermer?

Combien de jeunes vont être atteints dans leur développement émotif et cognitif parce qu’on n’a pas été foutu d’apprendre à vivre avec un virus tuant 8 personnes en date du 1 janvier sur 17 000 cas déclarés (mais le nombre est bien supérieur) ! Ce n’est pas compliqué, en date de la 41e semaine de 2021 (dernier chiffre que j’ai pu trouver) la surmortalité au Québec en 2021 était de 0.9%! Oui, vous avez bien compris, le gouvernement vous empêche de voir votre famille, ferme votre entreprise en claquant des doigts et vous impose un couvre-feu immoral pour une surmortalité de 0.9%, surmortalité touchant majoritairement vous le devinerez des personnes âgées ayant déjà des conditions les rendant plus fragiles.

Où est la logique? Je sais qu’au Québec on est fort sur le concept d’hypothéquer notre avenir pour le présent (et même notre passé…), mais là franchement c’est ahurissant.

Comme je l’ai dit sur ma page personnelle, lorsqu’une loi est immorale, il est du devoir d’un bon citoyen de ne pas la respecter. J’espère voir les gens protester et cesser de collaborer avec le gouvernement. Il est plus que temps que ce dernier comprenne que la situation a assez duré.

Sources :

https://comparaisons-sante-quebec.ca/exces-hebdomadaires-de-deces-en-2020-en-lien-avec-la-covid-19-au-quebec-et-ailleurs-dans-le-monde/#quebec Graphique 4b
https://www.lapresse.ca/covid-19/2022-01-01/bilan-de-la-covid-19-au-quebec/17-122-nouveaux-cas-huit-deces.php Bilan 1 janvier.
https://vaccintrackerqc.ca/ Taux de vaccination
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1843842/chsld-camouflage-opposition-rapports-inspections-quebec-coroner Jeu dangereux
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1784934/coronavirus-sensibilisation-infection-ontario-comparaison Dépense pub

Partager l'article

Abonnement à l'infolettre

Pour ne rien manquer de la part de notre équipe de la rédaction. Inscrivez-vous à notre infolettre.

Déni de liberté, mépris de la démocratie

Dernière modification le 1 January 2022 à 05h35
Photo Samuel Lamarche.

Je ne pensais jamais dire ce genre de chose, mais la trajectoire que prend le Québec me fait peur. Pour la première fois de mon existence je me sens menacé par l’État québécois, censé assurer ma sécurité.

Bien que ce soit le couvre-feu qui fût la goutte d’eau faisant déborder le vase, je dirais que cette crainte s’incrustait lentement dans mon esprit. Je voyais des signaux évidents d’une érosion de la démocratie au Québec, mais aussi une érosion de la valorisation des droits et libertés des citoyens.

Le contrôle du message.

Tout d’abord, je n’ai jamais été à l’aise avec les dépenses astronomiques de la CAQ en publicité et en subventions pour les médias. Ce n’est pas compliqué, le gouvernement du Québec a dépensé plus en publicité que le gouvernement du Canada et les autres provinces combinées. Qu’on ne vienne pas me dire que c’est une question de population ou d’efficacité, le Québec dépensait 15.57$ par habitant contre 1.12$ pour santé Canada et 3.47$ en Alberta.

Les conséquences de ces dépenses sont nombreuses. Premièrement, le parti au pouvoir utilise l’argent public pour complètement noyer le public dans l’information qu’il veut que le public entende.

Deuxièmement, en faisant cela, le parti s’isole complètement d’une remise en question par la majorité de la population qui sent que son gouvernement est proactif puisque ce dernier lui dit chaque jour qu’il l’est. C’est sans compter les points de presse qu’on pourrait presque qualifier de messe.

Ensuite, avec un tel flot de revenus publicitaires en pleine crise, aucun média n’ose vraiment remettre en question les informations de la CAQ. Le faire risquerait de baisser la rentabilité et surtout de mettre en rogne la cellule de crise composée de tous les spécialistes en marketing et communications. Un média contestant le spin du parti risque aussi d’étrangement ne plus recevoir les ballons d’essai de la CAQ avant les points de presse.

Diabolisation de l’opposition.

Si le premier point ne vous inquiète pas trop, celui-là m’inquiète particulièrement. Depuis la crise, le gouvernement a tout fait pour rendre l’opposition, aux yeux de la population, nuisible, dangereuse et créatrice de divisions. Plusieurs fois en chambre, face à des questions légitimes de l’opposition le PM dira que cette dernière joue à un jeu dangereux…

On se retrouve donc dans un environnement médiatique ultra favorable au parti au pouvoir, une population exposée à un message unique et lorsque les partis d’oppositions, des partis ayant tout autant de légitimité de s’exprimer que le gouvernement sur la situation, s’exprime, on voit l’arsenal caquiste débouler.

« Petite politique, jeu dangereux, soyons solidaire, il faut être uni, etc. » Ces slogans vides résonnent tout de même avec la population qui en vient à vouloir un environnement politique dépourvue de politique. Les stratèges médiatiques de la CAQ auront réussi à merveille à utiliser le dédain des Québécois envers ce qu’ils perçoivent comme de la chicane pour isoler l’opposition au rang de nuisance collective.

État d’urgence et mensonges.

Non content d’avoir isolé l’opposition médiatiquement, le gouvernement actuel fait tout pour museler l’opposition dans le cadre législatif. L’état d’urgence, supposé être une mesure d’urgence comme le nom l’indique est désormais le statut permanent du Québec depuis deux ans. On en profite pour en passer des petites vites comme l’abandon de la réforme de scrutin, une hausse du plafond d’émission pour le nickel, un don de 1 milliard de dollars à l’université McGill sous la forme du Royal Victoria. La gouvernance par décret est devenue la norme et clairement, la CAQ y prend goût. Qui ne le ferait pas? Pouvoir gouverner sans être remis en question ça doit être grisant.

Enfin, pour les mensonges, la liste est longue… Que ce soit le docteur Arruda et ses déclarations démontrant son incompétence. : les masques, la transmission par aérosol, la désinfection, son incapacité à voir venir un variant plus contagieux alors qu’il se transmet partout. Bref Arruda devrait perdre son emploi.

Ensuite viennent les mensonges du gouvernement. On a dit aux gens que le vaccin servait à protéger les autres et qu’il lutterait contre la transmission. On a dit aux gens que le passeport vaccinal serait un outil pour assurer un retour vers la vie normale, on a dit aux gens que la vaccination des plus jeunes serait la porte de sortie, bref le gouvernement n’a pas cessé de déplacer la ligne des buts et a surtout dit les informations qui faisaient son affaire.

Enfin, dernièrement avec les tests rapides, on blâme le fédéral en direct du point de presse, mais quelques minutes plus tard, Jean-Yves Duclos réplique que c’est de la foutaise : Québec avait commandé 10 millions de tests rapides, Ottawa en a livré 11.2 millions dans le mois de décembre seulement.

Un décret immoral.

Le plus récent couvre-feu et l’interdiction des rassemblements privés après deux années de mesures sanitaires sont une véritable claque au visage des Québécois. Le gouvernement a forcé la fermeture des restaurants à 24h de préavis pour le Nouvel An. Le gouvernement interdit les rassemblements privés alors que plus de 80% des 12 ans et plus sont doublement vaccinés, le gouvernement impose un couvre-feu, une mesure liberticide sans aucune donnée scientifique et médicale justifiant une telle mesure. C’est tout simplement une opération de peur et de contrôle, une utilisation politique de la force policière pour donner l’illusion que le gouvernement fait quelque chose d’utile.

En fait, on paralyse le Québec temporairement, mais les effets seront présents longtemps. Combien d’entreprises fermeront, combien de jeunes souffriront de problèmes de santé mentale parce qu’on voulait sauver l’électorat caquiste des 70 ans et plus? Si vous êtes un entrepreneur, voudrez-vous vraiment ouvrir la moindre entreprise au Québec en sachant que dès que le système de santé lamentable et digne d’un pays du tiers-monde craque on va vous fermer?

Combien de jeunes vont être atteints dans leur développement émotif et cognitif parce qu’on n’a pas été foutu d’apprendre à vivre avec un virus tuant 8 personnes en date du 1 janvier sur 17 000 cas déclarés (mais le nombre est bien supérieur) ! Ce n’est pas compliqué, en date de la 41e semaine de 2021 (dernier chiffre que j’ai pu trouver) la surmortalité au Québec en 2021 était de 0.9%! Oui, vous avez bien compris, le gouvernement vous empêche de voir votre famille, ferme votre entreprise en claquant des doigts et vous impose un couvre-feu immoral pour une surmortalité de 0.9%, surmortalité touchant majoritairement vous le devinerez des personnes âgées ayant déjà des conditions les rendant plus fragiles.

Où est la logique? Je sais qu’au Québec on est fort sur le concept d’hypothéquer notre avenir pour le présent (et même notre passé…), mais là franchement c’est ahurissant.

Comme je l’ai dit sur ma page personnelle, lorsqu’une loi est immorale, il est du devoir d’un bon citoyen de ne pas la respecter. J’espère voir les gens protester et cesser de collaborer avec le gouvernement. Il est plus que temps que ce dernier comprenne que la situation a assez duré.

Sources :

https://comparaisons-sante-quebec.ca/exces-hebdomadaires-de-deces-en-2020-en-lien-avec-la-covid-19-au-quebec-et-ailleurs-dans-le-monde/#quebec Graphique 4b
https://www.lapresse.ca/covid-19/2022-01-01/bilan-de-la-covid-19-au-quebec/17-122-nouveaux-cas-huit-deces.php Bilan 1 janvier.
https://vaccintrackerqc.ca/ Taux de vaccination
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1843842/chsld-camouflage-opposition-rapports-inspections-quebec-coroner Jeu dangereux
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1784934/coronavirus-sensibilisation-infection-ontario-comparaison Dépense pub

Partager l'article

Abonnement à l'infolettre

Pour ne rien manquer de la part de notre équipe de la rédaction. Inscrivez-vous à notre infolettre.