Éviter la Louisianisation un 500$ à la fois.

Dernière modification le 2 June 2022 à 03h55
Photo Samuel Lamarche.

François Legault a fait deux déclarations percutantes dans la dernière semaine. La première étant que sans les pouvoirs en immigrations, le Québec deviendrait la Louisiane. La seconde, que si les Québécois votent pour son parti, le bon François va leur envoyer un autre chèque.

La première citation est une prévision alarmiste de l’avenir culturel et linguistique du Québec, la seconde est une démonstration de corruption morale et politique digne d’un pays du tier-monde. J’ai tendance à croire que la seconde aurait méritée plus d’attention médiatique et de dénonciations que la première, mais naïf que je suis, c’est évidemment la citation sur la Louisiane qui a choqué les mœurs. Après tout, tant que la corruption, la collusion et l’incompétence se fait en français, c’est une victoire pour notre nation.

Est-ce que cette déclaration me surprend? Pas vraiment, car je suis une personne réaliste, ou cynique, c’est selon. Cependant, bien que la corruption au Québec ne soit pas un phénomène nouveau, les gouvernements précédents avaient au moins tendance à faire semblant. La CAQ et François Legault, ne se complique pas trop la vie de ce côté-là. Ils promettaient un gouvernement plus transparent, c’est effectivement le cas. Ils sont plus transparents dans leur corruption.

Qu’est-ce qu’un caquiste?

Je vois parfois des gens sur Facebook ou Twitter se dire : fier caquiste. Excusez mon ignorance, mais est-ce que quelqu’un peut m’expliquer quelle fierté on peut avoir d’être caquiste? Fier d’être au pouvoir? Fier d’avoir un gouvernement majoritaire? D’accord, mais à part ça? Lorsqu’on se dit fier de quelque chose généralement on peut facilement mettre le doigt dessus, mais pour la CAQ, c’est plus difficile.

En effet, la CAQ est une drôle de créature politique. Quelles sont les convictions du caquiste moyen? Quels sont les motivations du caquiste moyen et ses ambitions pour le Québec? La plupart des députés sont des carriéristes ou des transfuges politiques, la plupart des employés sont d’anciens péquistes et des anciens libéraux ce qui n’est généralement pas compatible lorsqu’on parle de convictions, mais très courant lorsque l’argent est en jeu.

La CAQ est aux partis politiques ce que la crème glacée à la vanille est à la friandise : ordinaire, confortable et pas trop choquant. En dirigeant avec les sondages et en changeant sa clientèle des 30-55 ans vers les 55 ans et plus, la CAQ s’est assuré le pouvoir pour au moins un 2e mandat, mais elle a aussi condamné le Québec à l’immobilisme et la stagnation, voir même le déclin.

La 2e déclaration favorise la réalisation de la première.

Au risque de sonner comme un politicien en répétant la même cassette, le Québec s’appauvrit continuellement depuis 50 ans. Le Québec ne s’appauvrit pas dans le sens qu’il est plus pauvre dans l’absolu, mais il s’appauvrit relativement au reste du monde et particulièrement des autres nations comparables à la nôtre.

La corruption, l’incompétence et l’utilisation abusive de l’argent publique pour déterminer les gagnants et les perdants de notre économie n’est pas une façon de faire survivre la nation francophone qu’est le Québec. Dans les faits, les francophones de la Louisiane, de l’Ontario, Nouveau-Brunswick et plus encore sont parfaitement libre de venir vivre au Québec en français plutôt que de devoir vivre comme minorité. Pourtant, personne ne se bouscule aux frontières pour venir vivre le « modèle Québécois ».

Si le Québec avait réellement à survivre en tant que nation francophone, il ferait en sorte que sa culture, sa nation, son économie soient suffisamment compétitive et attire les francophones hors du Québec à venir vivre ici. Plutôt que de mettre en place des lois contraignantes et épuisant la population francophone, nous pourrions mettre en place un environnement propice à la croissance du français et notre culture.

À la place de mettre en place des solutions durables et réalistes, notre gouvernement préfère acheter des votes à coup de chèques. Ce même gouvernement viendra ensuite nous dire qu’on doit rattraper l’écart de richesse avec l’Ontario et ne plus dépendre de la péréquation. Trouvez l’erreur…

Partager l'article

Abonnement à l'infolettre

Pour ne rien manquer de la part de notre équipe de la rédaction. Inscrivez-vous à notre infolettre.

Éviter la Louisianisation un 500$ à la fois.

Dernière modification le 2 June 2022 à 03h55
Photo Samuel Lamarche.

François Legault a fait deux déclarations percutantes dans la dernière semaine. La première étant que sans les pouvoirs en immigrations, le Québec deviendrait la Louisiane. La seconde, que si les Québécois votent pour son parti, le bon François va leur envoyer un autre chèque.

La première citation est une prévision alarmiste de l’avenir culturel et linguistique du Québec, la seconde est une démonstration de corruption morale et politique digne d’un pays du tier-monde. J’ai tendance à croire que la seconde aurait méritée plus d’attention médiatique et de dénonciations que la première, mais naïf que je suis, c’est évidemment la citation sur la Louisiane qui a choqué les mœurs. Après tout, tant que la corruption, la collusion et l’incompétence se fait en français, c’est une victoire pour notre nation.

Est-ce que cette déclaration me surprend? Pas vraiment, car je suis une personne réaliste, ou cynique, c’est selon. Cependant, bien que la corruption au Québec ne soit pas un phénomène nouveau, les gouvernements précédents avaient au moins tendance à faire semblant. La CAQ et François Legault, ne se complique pas trop la vie de ce côté-là. Ils promettaient un gouvernement plus transparent, c’est effectivement le cas. Ils sont plus transparents dans leur corruption.

Qu’est-ce qu’un caquiste?

Je vois parfois des gens sur Facebook ou Twitter se dire : fier caquiste. Excusez mon ignorance, mais est-ce que quelqu’un peut m’expliquer quelle fierté on peut avoir d’être caquiste? Fier d’être au pouvoir? Fier d’avoir un gouvernement majoritaire? D’accord, mais à part ça? Lorsqu’on se dit fier de quelque chose généralement on peut facilement mettre le doigt dessus, mais pour la CAQ, c’est plus difficile.

En effet, la CAQ est une drôle de créature politique. Quelles sont les convictions du caquiste moyen? Quels sont les motivations du caquiste moyen et ses ambitions pour le Québec? La plupart des députés sont des carriéristes ou des transfuges politiques, la plupart des employés sont d’anciens péquistes et des anciens libéraux ce qui n’est généralement pas compatible lorsqu’on parle de convictions, mais très courant lorsque l’argent est en jeu.

La CAQ est aux partis politiques ce que la crème glacée à la vanille est à la friandise : ordinaire, confortable et pas trop choquant. En dirigeant avec les sondages et en changeant sa clientèle des 30-55 ans vers les 55 ans et plus, la CAQ s’est assuré le pouvoir pour au moins un 2e mandat, mais elle a aussi condamné le Québec à l’immobilisme et la stagnation, voir même le déclin.

La 2e déclaration favorise la réalisation de la première.

Au risque de sonner comme un politicien en répétant la même cassette, le Québec s’appauvrit continuellement depuis 50 ans. Le Québec ne s’appauvrit pas dans le sens qu’il est plus pauvre dans l’absolu, mais il s’appauvrit relativement au reste du monde et particulièrement des autres nations comparables à la nôtre.

La corruption, l’incompétence et l’utilisation abusive de l’argent publique pour déterminer les gagnants et les perdants de notre économie n’est pas une façon de faire survivre la nation francophone qu’est le Québec. Dans les faits, les francophones de la Louisiane, de l’Ontario, Nouveau-Brunswick et plus encore sont parfaitement libre de venir vivre au Québec en français plutôt que de devoir vivre comme minorité. Pourtant, personne ne se bouscule aux frontières pour venir vivre le « modèle Québécois ».

Si le Québec avait réellement à survivre en tant que nation francophone, il ferait en sorte que sa culture, sa nation, son économie soient suffisamment compétitive et attire les francophones hors du Québec à venir vivre ici. Plutôt que de mettre en place des lois contraignantes et épuisant la population francophone, nous pourrions mettre en place un environnement propice à la croissance du français et notre culture.

À la place de mettre en place des solutions durables et réalistes, notre gouvernement préfère acheter des votes à coup de chèques. Ce même gouvernement viendra ensuite nous dire qu’on doit rattraper l’écart de richesse avec l’Ontario et ne plus dépendre de la péréquation. Trouvez l’erreur…

Partager l'article

Abonnement à l'infolettre

Pour ne rien manquer de la part de notre équipe de la rédaction. Inscrivez-vous à notre infolettre.